AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [fiction] Un semestre à Séoul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [fiction] Un semestre à Séoul.    Mar 30 Nov - 10:43

Bonsoir!
Soyez indulgentes, c'est ma première fiction sur SHINee x)
Tout publics, hétéro, romance/humour/école (voilà pour les genres après je n'en dirais pas plus en ce qui concerne les couples :p)
J'espère que ça vous plaira! Je poste les deux premiers chapitres parce que dans le premier SHINee n'apparaissent pas donc j'ai peur que ça vous ennuie x)
Enjoy :)

______________________________________________________

CHAPITRE 1:

-Perdue, je suis encore perdue... murmurais-je, désespérée. Tous ces bâtiments se ressemblaient, et, pour m'encourager, la neige ne s'arrêtait plus de tomber. Je retournais une énième fois la carte que m'avait donné, dans un anglais approximatif, la gentille Coréenne de l'accueil alors que je lui demandais si l'étudiant tuteur qu'on m'avait attribué n'était pas dans les parages. Elle n'avait vu personne me chercher et la carte étant en coréen (et mes connaissances de la langue coréenne s'arrêtaient à « oui » « non » « je suis française » « bonjour »et j'avais parfois des difficultés à dire « aurevoir »), j'étais vraiment perdue . Voilà qui démarrait mal, j'étais planté au milieu de la cour depuis plus de 15 minutes quand je décidais de retourner à l'accueil. Je n'avais pas franchement envie d'attirer tous les regards en arrivant en retard au meeting des étudiants étrangers. Le premier jour, ça serait dommage de déjà se taper l'affiche, surtout que me connaissant, j'aurais bien d'autres occasions plus tard de me faire remarquer..

Me voyant traverser le hall (chaleur enfin!) et sachant les difficultés de communication que nous allions encore rencontrer, la mignonne mais très-restreinte-en-langue mademoiselle faisait déjà la grimace. Charmant. Je me penchais sur son bureau et allait lui expliquer mon problème quand un jeune homme me bouscula légèrement et se jeta sur elle, tout en parlant très très vite et tentant de reprendre son souffle. Génial, si ça continuait comme ça, je risquais vraiment d'arriver en retard.
Je les observais tous les deux et me mis à regarder en insistant la jeune fille, qu'elle comprenne que je n'avais pas vraiment que ça à faire à la fin... Elle percuta mon regard quelques secondes plus tard et après plusieurs allers-retours des yeux entre moi et le garçon, elle l'interrompit brusquement, me montra du doigt et lui expliqua quelque chose. Bien, maintenant, on parlait de moi et je ne savais même pas pourquoi. GE-NI-AL. Je regardais ma montre fébrilement, tentant de lui faire comprendre que c'était pas vraiment le moment de se la jouer « faites vous amis et tout le monde rit youpi », mais c'est le moment qu'elle choisit pour tenter quelques mots d'anglais. Pensant que ça pourrait être drôle (et ma foi éventuellement utile) je tendis l'oreille.

-Il...va suivre...no, toi suivre lui!
En pointant le jeune homme. Je le regardais alors, il sourit et me lança dans un anglais parfait:
-Bonjour, en fait elle te dit de me suivre, je fais partie des personnes se chargeant des étudiants étrangers, tu sais l'accueil, l'accompagnement au meeting des étudiants d'échange, tout ça! Tu me suis ?
J'acquiesçais, décontenancée et stupéfaite. Bon, déjà je gagne un GPS ce qui, dans cette fichu université n'était vraiment pas de trop. Je me mis donc à le suivre, il marchait vite, mais je le suivais, trottinant avec mon sac sur les épaules. Nous traversâmes la cours puis entrâmes dans un nouveau bâtiment. Cependant ma veste, mes 12 pulls et 3 écharpes commençaient à peser leur poids, et je finis par lui demander de ralentir l'allure. Il s'exécuta et pendant que je reprenais mon souffle me demanda:
- Comment tu t'appelles? Tu as quel âge? D'où tu viens? Tu étudie quoi?
Wowowowow calme mec, je reprends mon souffle là. Je remerciais en mon for intérieur les 9 années d'anglais scolaires et mon amour des États-Unis qui m'avaient assurer une compréhension plus que bonne de l'anglais parce qu'il avait définitivement l'air d'être parfaitement bilingue, accent compris (ce qui pour un asiatique est rare, soyons honnête).

- Je m'appelle Max, j'ai 19 ans, je viens de Paris en France et j'étudie le management... et toi?
- Lee Wan, 20 ans en âge international et 22 ans en âge coréen, mes parents habitent le sud du pays mais j'ai un logement sur le campus et j'étudie le cinéma!
- Ok, cool!
Nous marchions dans un tel dédale de couloirs que je me demandais comment je ferais pour revenir au point de départ une fois le meeting terminé.
- Comment je vais faire pour m'y retrouver une fois que je serais seule? Je gémis, en anglais, autant pour moi même que pour Lee.
Il me répondit cependant:
- Ne t'en fais pas, je t'ai, je te garde, ça me fait gagner des points pour le semestre de guider une étudiante étrangère et il y a plus de demandes que d'étudiants à guider! Je ne sais pas pourquoi l'étudiant qui devait te guider n'était pas là mais j'ai eu de la chance de tomber sur toi, je reste avec toi pour le meeting et après je te ferais visiter l'université!
Il du voir les étoiles dans mes yeux car il sourit:
-Ne t'inquiètes pas, une fois que tu auras fait le tour ça te paraîtra tout petit!

Ça, je n'en avais aucun doute, déjà quand on m'avait dit que je ne pourrais pas accéder à l'université de mon premier choix, aux Etats-Unis, j'avais tapé un scandale, quand, après plusieurs jours – bon okay peut-être plusieurs semaines mais la déception aidant...j'avais un peu laissé trainé les choses- j'étais retourné voir les choix qui s'offraient à moi pour le semestre à l'étranger... toutes les « bonnes » universités étaient réservées et il me restait l'Inde ou la Corée du Sud...Mais attention, ultime déception, ce n'était pas dans la très cool et très grande université de Séoul que j'avais l'occasion de poursuivre mon apprentissage mais bien dans la petite université privée du sud de la capitale qu'est la Konkuk Université (déjà avec un nom pareil -Con-Ku-, j'étais servie) alors j'espérais vaillamment que le campus bougeait un minimum (soirées étudiantes et beaux gosses bonjouuuur).
Enfin l'Inde, ça n'aurait pas été possible pour moi, j'ai une sainte horreur des vaches -brouter à longueur de journée, tu parles d'une vie- et, sachant que bouger une vache qui bloque ta voiture parce qu'elle est allongée toute la journée sur la route, est considéré comme un crime, j'aurais très rapidement fini en prison.
Donc mon choix avait été la Corée du Sud, bon okay mis à part les vaches, les jeunes hommes asiatiques ont de certains charmes...pour ne pas dire de sacrés charmes. M'enfin, si j'avais eu l'occasion, Tokyo ou Hong Kong, ça aurait fait un peu plus classe sur mon CV et sur les cartes postales mais ne désespérons pas, qui sait, KonKuk (ERK) réserve peut-être (et je l'espère avant de me jeter du haut d'un pont) de sacrées bonnes surprises. Enfin voilà comment je m'étais retrouvée à la moitié du mois de février à débarquer à Séoul.

Tout à mes réflexions, je levais la tête et remarquais que nous étions arrivés, une longue table était dressée au milieu d'un petit hall et différentes nationalités semblaient se croiser autour de jus de fruits. Lee Wan me poussa vers la table pour que je prenne un jus de fruits. Il me servit un verre et nous nous reculâmes, juste le temps, quelques minutes avant (pendant lesquelles j'en profitais pour enlever mon blouson et mes trois écharpes, ben oui à l'intérieur il fait chaud) qu'un monsieur propre sur lui et manifestement coréen prenne la parole dans un anglais contrôlé mais très coréannisé (comprendre: accent asiatique à couper au couteau):

- Bienvenu à tous à l'université Konkuk, comme mentionné sur vos dossiers, vous suivrez ici les cours que vous avez choisis en anglais mais aussi un cours obligatoire de Coréen spécial pour étrangers débutants. Vous devez tous avoir trouvé un étudiant de notre belle université pour vous faire ensuite la visite guidée de l'université, si ce n'est pas le cas, venez me voir à la fin du meeting nous nous arrangerons ensemble. Ensuite, vous savez tous que vous avez l'obligation de valider une option sous forme de club, pour cela, vous verrez la liste des clubs disponibles à l'accueil et vous pouvez voir avec votre étudiant tuteur pour qu'il vous aide à choisir. Enfin, plusieurs manifestations auront lieu sur le campus et des voyages organisés vous seront proposés, et, même si ils ne sont pas obligatoires, je vous invite fortement à y participer pour montrer votre implication dans la vie coréenne. Si certains d'entre vous ont des soucis avec leurs cours, leur logement, ou des papiers administratifs, je vous invite à voir cela avec ma collègue.

Il indiqua la jeune femme d'un signe de tête vers elle et termina par un joyeux « Profitez bien de votre séjour ici » et s'inclina avec respect.

Tout le monde s'inclina en retour, je suivis donc le mouvement (bon okay avec un temps de retard mais bon, le temps que je m'habitue hein..) et me tournais vers Lee Wan qui me dit, alors que tout le monde se dispersait:
-Prête pour la visite de la fac ?
-Let's go!

Je le suivis et nous parcourûmes le dédale du bâtiment dans lequel nous étions, qui était, selon ses dires « l'international house ». Il m'expliqua que chaque bâtiment (enfin immeuble parce qu'à ce niveau je ne crois pas qu'on puisse dire « bâtiment » encore longtemps) était plus ou moins thématique: les sciences, l'architecture, l'art libéral, l'éducation,... et ainsi de suite, sur tout le campus il existait plus de 50 lieux répertoriés sur la carte. Ben avec ça, je suis pas sortie de l'auberge moi!
Il m'invita a regarder mon emplois du temps, que je puisse repérer les lieux où me rendre en priorité.
Après avoir checké celui ci, il partit en direction de la porte de sortie (bouh non, pas encore le froid) et nous passâmes la matinée à marcher d'un bâtiment à l'autre, autour du lac gelé qui était au centre du campus (Ilgam Lake). Nous passâmes notamment par le gymnase, ou l'équipe de Basket était en plein entraînement.
-C'est gratuit de pratiquer un sport en club, et ça rapporte des points supplémentaires en général donc si ça te dit de choisir un sport, n'hésites pas.

C'est vrais que tant qu'à faire, ça pourrait m'ouvrir un peu aux autres de pratiquer un sport, mais connaissant ma maladresse légendaire, c'est à méditer...(Ben oui si j'assomme quelqu'un avec un ballon l'ouverture aux autres se sera plus loupé qu'autre chose hein..)

Après avoir avalé un rapide repas typique dans le hall de la bibliothèque, acheté à une petite dame dans je ne sais plus quel bâtiment, Lee Wan me rappela qu'il me fallait choisir un club. N'ayant pas l'envie folle de ressortir dans le froid et la neige pour retourner à l'accueil voir la liste, je lui demandais simplement:

-Tu es dans quel club toi ?
-Cinéma! Ça va de paire avec mes études..
Me répondit il avec un sourire.
-Ben ça me va à moi aussi, j'ai fait cette option au lycée justement! Vous y faites quoi ?
-Viens, je vais te montrer!
Me dit il, tout à son enthousiasme de me montrer son univers.

Je le suivis et (OH joie!) nous ressortîmes dans la cour (et le froid bouhh), pour se diriger à l'arrière de l'immeuble de la bibliothèque et atterrir au « Art and Design Building » qui heureusement pour mes mains et mon nez gelé, ne se trouvait pas loin.

L'entrée mettait directement dans le contexte, des tableaux étaient affichés partout, des portraits de stars coréennes s'étalaient sur les murs, signés d'autographes « For Konkun University », il me fit faire rapidement le tour du rez de chaussée, lieu de l'art pictural avec plusieurs salles de dessin et tout le matériel adéquate. Décidément, l'adhésion à l'année devait coûter plus cher que dans mon école de management, déjà pas donnée. Le 1er étage était, lui, orienté sur la musique, plusieurs salles de musique et même un petit studio d'enregistrement, qui devait faire rêver n'importe quel musicien/chanteur amateur.
Le 2ème étage était purement administratif, il nous fallut donc monter un étage supplémentaire (après un semestre en Corée j'aurais des jambes en béton avec tous ces étages partout...en attendant je sens le manque de sport, j'ai mal aux jammmmmbes!) et tout en tentant de garder contenance ( mes pensées étaient de l'ordre du: « respire doucement, fais genre l'effort est facile » « putain c'est dur j'en peux pluuuus ») je montais vaillamment les dernières marches pour arriver au premier étage cinéma (oui parce qu'en plus y'a deux étages réservé au cinéma).

Lee Wan, amusé par l'effort évident que je venais de faire ne pu s'empêcher de me glisser un petit:
-Imagine ceux qui étudient le design graphique, leurs salles sont aux étages sept et huit..
-LES PAUVRES! M'exclamais-je bruyamment.

Il rit et me demanda de le suivre jusqu'à une salle remplis d'ordinateurs, excepté un espace reservé avec un bureau et plusieurs caméras autour:
-Nous tournons le journal TV de l'université ici.
-Wawwwwww! Mais c'est génial! Je veux m'inscrire dans ce club!
Il sourit de mon enthousiasme, visiblement heureux que j'apprécie son club.
-Quel est ton rôle là dedans? Demandais-je, intéressée.
-Je suis rédacteur en chef! Me dit il, avec fierté.
Je sifflais d'admiration:
-Et vous auriez besoin de moi pour quelque chose?
-Et bien tu peux faire un reportage hebdomadaire sur la vision de la Corée par une Française? Ou alors quelque chose sur la France?
-Oui, ça me plait! Je commence quand ?
-Et bien disons que tu commences la semaine prochaine le tournage pour une première diffusion dans deux semaines? Je vais voir pour te mettre en binôme avec quelqu'un du club, que tu ne sois pas complétement perdue...
-Okay, super! Il faut aller à l'administration pour que je valide mon inscription?
Je regardais ma montre, il n'était pas loin des 15h.
-J'aimerais bien y aller rapidement et aller faire des courses pour mon studio, mon frigo est un peu vide, je suis arrivée il y a deux jours et j'en ai profité pour me ballader dans Séoul et donc y manger mais avec le début des cours, je préfèrerais pouvoir manger chez moi...
(Oui je raconte ma vie et alooooors!?)
-Pas de soucis, je dois avoir une fiche d'inscription par là, je vais te la faire remplir tout de suite et j'irais la porter moi même à l'administration ne t'en fais pas.

GPS, gentil, marrant et attentionné, je crois que ma première connaissance en Corée n'est décidément pas la plus mauvaise.
Je lui fis un grand sourire, et le remerciais, gêné il chercha rapidement la feuille et m'aida à la remplir (Ben oui, on a pas idée de faire tout ces papiers en coréen franchement, pensez aux étrangers non ? - oui je râle tout le temps et aloooors-). Après ça on se quitta à l'entrée du métro, où il m'accompagna gentiment (je crois qu'il savait que j'étais capable de me perdre encore une fois, même si il n'y avait que 100m entre la sortie du bâtiment et la bouche de métro, v'la la réputation que jme fais à peine arrivée quand même hein) et je pris la rame suivante pour aller faire mes courses après avoir convenu d'un rendez vous le lendemain au club Cinéma avec Lee Wan.

Je vous épargnerais l'épisode laborieux des courses (Quoi prendre alors que tout est coréen et que je ne sais pas cuisiner coréen? Et c'est quoi cette monnaie en mousse là le « Won » franchement? Vous avez pas plus compliqué? Quoi vous comprenez pas ce que je vous demande en anglais madame? Vous savez que l'anglais c'est la première langue à parler, c'est important hein! ROHHHHH)

Bref, je rentrais finalement à mon studio sur le campus, il était déjà 17h une fois les courses débarrassées et après un rapide calcul, j'allumais mon ordinateur. Il était encore trop tôt pour allumer skype, j'en profitais donc pour surfer, checker mes mails et autre. Vers 20h, je me connectais enfin et, comme je le prévoyais, mon père n'était pas connecté. Actuellement à Toronto pour les affaires, il devait être 7h ou 8h du matin pour lui et ce n'était définitivement pas le moment pour lui d'allumer son ordinateur mais plutôt le « Meeting Breakfast ». Cependant, comme je le prévoyais à nouveau, mon amie Amy était connectée (environ 12h en France)
Elle me sauta aussitôt dessus, n'ayant pas eu le temps de me connecter depuis mon arrivée en Corée (juste un petit message facebook pour dire à tout le monde que j'étais bien arrivée) elle devait être pire qu'impatiente...:
-ALOOOOOOOOOOOORS ?!
-Je suis bien arrivééééée!
-C'est comment? T'as déjà rencontré des gens? Fait pas trop froid? Tu t'es déjà perdue? T'es déjà tombée?
-Et oh calme hein! Oui je me suis déjà perdue, oui j'ai rencontré quelqu'un, oui il fait froid et NON je ne suis pas encore tombée!
M'exclaimais-je, victorieuse.
-Miracle!
Elle rit.
-Et oh, je te permets pas d'abord !
Je riais aussi, un peu de contact français, ça faisait tellement de bien après tous ces yeux bridés!
-Bon alors, t'as rencontré qui ?
-Un coréen hinhinihn
-Sans blaguuue! Incroyable!
-Il s'appelle Lee Wan, c'est lui qui sera mon étudiant tuteur, il m'a fait visité le campus qui est IMMENSE, enfin immense pour une université privée à Séoul, c'est sur qu'aux USA ça aurait pas été la même mais bonnnnnnnn! Y'a même un lac en plein milieu et je me suis inscrite dans son club de cinéma qui fait le journal TV.
-Oh c'est super ça! Et alors il fait froid?
-Si tu savais, c'est polaire...
-Roh, même si il fait froid reste à fond hein, dans 2 mois je viens te voir pour les vacances et je veux que tu sois en pleine forme et que t'es plein de potes super mignons que je puisse draguer.
Tu t'es renseignée au fait -en parlant de supers mignons- sur l'emplois du temps SHINee ? Savoir si on pourra les voir en émission TV ou quoi?
-Et oh la groupie là, deux minutes, je viens d'arriver jvais pas commencer à harceler les gens avec nos idoles sinon j'aurais aucun ami mignon quand t'arriveras hein, ils seront tous partis en courant! Et puis je pense que j'en saurais plus dans un mois pas avant, jnous inscrirais à une émission de TV ou à ce que je trouverais!
-J'ai hâte...
-Moi j'ai hâte que tu viennes, même si pour le moment je déprime pas trop, je sens que ça va pas tarder avec tous ces coréens qui parlent pas un mot d'anglais et moi qui parle pas un mot de coréen...
-Roh allez, FIGHTING! Jdois y aller, je vais manger et j'ai cours après désolée... on se reparle demain ? Bonne soirée, profite de la Corée et dis toi que même si c'est pas les USA, il y a au moins notre groupe préféré dans le pays! Go go go tu vas leur montrer ce que c'est les Françaises à ces Coréens coincés, allez! POSITIVEEEE! Je dois vraiment y aller jsuis à la bourre! Bisous, bisouuuuus!
-Bisouuuuuus, bons cours!
Et la communication se coupa.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [fiction] Un semestre à Séoul.    Mar 30 Nov - 10:48

CHAPITRE 2:

♪ Sumeul gotdo chaji mothae naneun piharyeo go aesseo bwado
Geobu jocha halsu eomneun negae gadhyeo beorin na
Sarangi eotdamyeon jeongmal sarang haetdeon georamyeon naegae ireoji neun mara
Her whisper is the Lucifer~ the Lucifer ♪

Mon réveil me réveilla (oui c'est la logique d'un réveil je sais) à 8h00 tapante, Lucifer à fond. Après quelques secondes pendant lesquelles je repris mes esprits encore embrumés, je me levais et me préparais. Mon premier et seul cours était coréen (oh joie!) à 9h00 et durait jusqu'à 13h (oui 4h en plus....), et ce serait ça pendant les deux premières semaines, histoire de nous “mettre dans le bain” ah ben ça c'est clair qu'on y est jusqu'au cou dans le bain hein. Moi? De mauvaise humeur le matin? Oui peut-être...
Bref, une fois habillée et le petit déjeuné avalé je me préparais à rejoindre l'“International house”.

Arrivée devant la salle, nous attendions le professeur, tout le monde se dévisageait en silence, personne n'osait parler...super ambiance en définitive. Je me mis dans un coin, lecteur MP3 sur les oreilles et attendis. Quelques minutes plus tard une jeune femme coréenne mais l'air dynamique arriva et nous invita à entrer. Le cours débuta par les bases, et c'était pas plus mal étant donné ma pauvre prononciation des seuls pauvres mots que je connaissais.
La jeune femme était accueillante, sûre d'elle, avait de l'humour et nous faisait tous participer avec bonne humeur se qui nous dérida quelques peu et d'un cours qui aurait pu devenir ennuyeux, ça devint un débat animé sur la mode dans le monde (auquel je pris part avec une certaine fierté, n'est pas Parisienne qui veut hein..). Les 4h passèrent donc exceptionnellement vite, et je sortis en connaissant quelques prénoms sans pour autant avoir de vrais lien avec qui que ce soit.

Je rentrais chez moi pour manger, surfais un peu sur internet (oui I'm a geek et j'assume) puis, vers 16h, traversais tout le campus pour retourner au club cinéma et y retrouver mon nouvel ami Lee Wan.
En entrant dans la salle, un peu fébrile (ben oui on est pas encore supers potes de la mort qui tue non plus et je connais personne d'autre..) je le cherchais, il y avait beaucoup plus de monde que la veille puisque la rentrée était la semaine prochaine et il fallait commencer à bosser sur les premiers journaux TV et reportages. Je le trouvais (ouf heureusement que j'avais bien regardé son visage la veille parce qu'au milieu de tout ces coréens, faut avoir l'œil hein) penché sur un ordinateur, occupé dans un montage, l'air particulièrement studieux, toute trace de facétie envolée.
-Hey!
Oui bon, on fait plus élégant mais là j'avais pas vraiment d'inspiration hein.
-Hey! Me répondit il, se tournant vers moi avec le sourire, Comment ça va aujourd'hui ?
-Comme après 4h de coréen ce matin, ça va mais je suis lessivée! Et j'ai hâte de commencer à réfléchir sur mon reportage, tu m'as trouvé un partenaire ?
-Oh et bien puisque tu m'y fais penser, je vais lui téléphoner, il est en retard..
-Okay..
Il se leva et composa sur son téléphone un numéro qu'il avait l'air de connaître par cœur.
Je ne retins même pas le nom de l'interlocuteur tellement il parlait vite mais juste plusieurs fois “peulangseuui” (Française) que la jeune femme de ce matin m'avait appris. Il avait l'air d'insister, et je me sentis gênée...si c'était pour être un poids face à mon binôme, je préférais encore faire mon reportage toute seule... cependant je me taisais et il finit par raccrocher et, avisant ma tête décontenancée il me rassura:
-Ne t'en fais pas, il est en chemin, il sera là dans 30 minutes, je vais te montrer un peu le logiciel de montage en attendant...

La difficulté du logiciel de montage était évidemment...le coréen. Mon maigre avantage était que je connaissais les principales fonctions, il fallait juste que je repère leurs emplacements car je serais incapable de les retrouver en lisant simplement leur indication.

Alors que, concentrée dans le travail de Lee Wan, je n'étais pas spécialement ouverte au monde qui m'entourait, une voix grave retentit au dessus de nous deux:
-Annyeonghaseyoooooooo!

Et je fis un bon d'à peu près 2 mètres au dessus de ma chaise. Lee Wan se leva, se moquant très ouvertement de moi et dit bonjour à son tour au nouveau venu. Moi je me remettais de mes émotions et fusillait du regards les deux comparses qui rigolaient. Fusillait du regard...puis beugait. Bouche ouverte. TRÈS ouverte. Oh My GOD.

Le nouveau venu se courba légèrement et me dit dans un anglais maîtrisé:
-Hello, mon nom est Choi Minho! Enchanté de te connaître.

Je fermais la bouche (oui parce que là j'aurais l'air pire que ridicule) et mille et une pensées me passèrent par la tête mais la plus simple réussi à franchir la barrière de ma bouche:
-Hello!

Voyant que j'étais peu encline à dire quoique ce soit drôle et pensant qu'une certaine timidité c'était alors emparée de moi, Lee Wan me sauva la mise et me présenta à Minho:
-Elle est aussi enchanté de te connaître et s'appelle Max!

Minho sourit et j'enchainais, mal à l'aise:
-C'est ça, désolée, je suis ravie de te rencontrer! Tu es mon nouveau partenaire pour le reportage hebdomadaire ? Près à vivre l'expérience de ta vie en version française?
Je souriais, bon j'allais peut-être avoir l'air un peu moins cruche que précédemment, avec un peu de chance.
-Oh ça ne peut qu'être intéressant!

-Bon, enchaîna Lee Wan, vous pourriez vous caler sur le bureau là bas et commencer à discuter de ce que vous voulez faire comme genre de reportage?

J'acquiesçais, Minho de même et nous allâmes nous installer. Personne dans la salle n'avait réagit spécialement en voyant le jeune homme entrer, ils devaient être habitué. Minho salua généralement tout le monde avec un sourire et les autres lui répondirent de même.

Une fois assis dans notre coin, le début de la conversation fut un peu tendu, lui étant plutôt silencieux et moi plutôt timide, mais je finis par prendre la parole et détendis l'atmosphère en parlant de petits détails qui m'avait percuté en Corée et que nous pourrions rendre, dans le reportage, amusants. Il s'engouffra dans la brèche et me donna lui même ses idées.

Je préférais éviter le sujet SHINee et lui laisser penser que, en tant que française, je n'avais aucune idée de qui il pouvait être, piste sur laquelle il semblait s'être engouffré, avec l'aide de Lee Wan, trop heureux de rester dans la normalité probablement.

Notre idée pour le premier reportage était de me filmer, et que je réponde simplement à plusieurs questions sur la France puisqu'apparemment c'était une destination de rêve pour plusieurs coréens et notamment ceux se trouvant dans la pièce (à la limite j'étais plus l'attraction que Minho, waaaw une Parisienne en chair et en os, c'est pas des êtres iréels alors ces gens là? Incroyable!). Vers 18h, tout le monde commença à ranger ses affaires et d'un regard, je compris que c'était la fin du club. Je souris à Minho qui me dit simplement:
-Après demain, même heure ? Demain je travaille, je ne pense pas avoir le temps de passer au club mais si on est prêt on peut voir pour les questions après-demain...
Il compta sur ses doigts:
-Donc jeudi on voit pour les questions, vendredi je travaille, lundi on tourne, mardi on tourne encore si on a eu des soucis lundi...et après on fait le montage, j'essaierais de rester avec toi au moins une heure à chaque fois pour te montrer, mais il faut que je vois encore quand je travaille, désolé...
Il se gratta l'arrière de la tête, l'air gêné. Je lui offrit un sourire compréhensif:
-Ne t'en fais pas, du moment que tu peux m'aider au moins pour ça, ça sera parfait! Je comprends que les étudiants doivent travailler pour subvenir à leurs besoin...

Bouh l'hypocrite, ses besoins je pense qu'ils les a dépassé depuis longtemps haha. C'est pas grave, je rentre dans mon rôle crédible de la française qui n'y connait rien à la K-pop youhou.

Il me fit un petit sourire en retour et rassembla ses affaires, je fis de même et après les au revoir réglementaires à tout le monde, il partit assez vite.

Lee Wan me rejoignit sur le pas de la porte, où je restais pensive:
-Si tu penses qu'il est partit vite, ce n'est pas contre toi ne t'en fais pas, c'est juste qu'il a beaucoup de choses à s'occuper chez lui et il est toujours pressé entre ses colocataires et son job...mais ça va tu as bien travaillé avec lui ?
-Pas de soucis et oui, je pense qu'on va faire un truc sympa, j'ai hâte de voir le rendu final!
-Ah super! On rentre? On part dans la même direction de toute façon..

Et c'est partit pour braver le froid jusqu'à nos immeubles respectifs. La neige avait arrêté de tomber depuis la veille mais l'air était toujours glacial. Moi qui me plaignait de la pluie à Paris, au moins on était pas encore au pôle nord...
Au pieds de nos immeubles, nous nous souhaitâmes une bonne nuit et je rentrais chez moi.
Je passais ma soirée à lire des livres que j'avais apporté et à réviser mes cours de coréen pour le lendemain. Personne de connecté à Skype, Amy devait être restée à son école pour le déjeuner.

Cependant, alors que j'allais m'endormir je reçu (enfin) un coup de fil de mon père, ça allait lui coûter un bras et après tout c'était lui qui payait. Je le rassurais sur mon arrivée et lui racontait en trois mots les environs et mes premiers jours. Il m'écouta avec attention, mais écourta la conversation, il avait un rendez vous très rapidement. Il me promit de venir me voir avant la fin du semestre et m'assura que tout allait bien pour lui. Je raccrochais et m'endormais aussitôt.

Le lendemain commença une forme de routine, cours de coréen, puis je rentrais chez moi étant donné que Minho ne pouvait pas se libérer, je ne voyais pas l'intérêt d'embêter Lee Wan au club et il m'assura qu'il valait mieux que je me repose quand je le croisa au détour d'un couloir, quittant mon cours de coréen. Je passais donc l'après-midi au chaud dans mon appartement à regarder toutes sortes de séries américaines, au chaud sous ma couette (Qui a dit qu'il était jaloux?).

Jeudi à nouveau, mon cours de coréen, je commençais à sympathiser avec une mexicaine qui s'asseyait non loin de moi, pendant la pause (oui après 2h de cours nous avions le droit à une pause) nous parlâmes un peu de nos pays respectifs, ça faisait du bien de se sentir un peu associable, même si la solitude de la langue commençait à me peser, j'avais hâte de savoir bien parler coréen pour pouvoir comprendre les gens sur le campus. Et j'en avais fichtrement marre de me faire dévisager dès que je croisais quelqu'un, je sais que les européens fascinent mais quand même...
Oui j'étais peut-être de mauvaise humeur haha.

Après le déjeuner chez moi et une pause ménage, j'allais au club, Minho n'était pas encore arrivé je discutais avec Lee Wan en attendant qui me montra le rangement du matériel et divers petits trucs en attendant, mon coéquipier étant définitivement en retard je m'attablais et commençait à réfléchir aux questions, mais étant moi même française, j'avais du mal à imaginer qu'est ce qui pourrait intéresser les coréens chez moi..

Je vis finalement Minho arriver, visiblement un peu essoufflé:
-Hello, désolé d'être en retard, j'ai eu un truc de dernière minute...
-Hey! Okay, pas de soucis, on s'y met?

Tout se passa très bien, on discutait, décidait, s'entendait sur à peu près tout...Je faisais complétement abstraction de la star pour découvrir l'humain avant tout (pas le choix là en même temps...) et c'était quand même une chance énorme de discuter avec l'une de ses idoles en tout anonymat et normalité même si on abordait jamais l'aspect personnel ou intime de sa vie, ou même son job, logique.
Les deux heures de club passèrent très rapidement et nous avions tout calé, ne restait plus que le tournage lundi. Pendant que chacun de nous écrivait les questions finales sur sa feuille, je finis par poser une question qui me turlupinait depuis ces quelques jours:
-Minho..?
-Oui?
Il releva la tête, intrigué au ton de ma voix.
-Quand Lee Wan t'as téléphoné, j'étais pas loin et j'ai cru comprendre que tu étais réticent à travailler avec moi...pourquoi?
Il soupira, posa son stylo et ancra son regard au mien:
-Pas vraiment réticent, c'est juste que j'appréhendais de travailler avec quelqu'un que je ne connais pas...
-Et c'est le fait que je sois française qui a tout changé? Je savais qu'on avait une sacrée réputation sulfureuse à l'étranger mais je ne te pensais pas comme ça...
Je tirais la langue explicitement à la taquinerie.
Il sourit calmement et répondit:
-Tu as tout compris, le mot “française” a tout changé.
Il me fit un clin d'œil et redevint sérieux:
-Travailler avec une étudiante étrangère m'a parut intéressant, d'autant que le reportage sera hebdomadaire, ça me laisse du temps pour mon job et c'est le plus important pour moi donc...et puis, il y a pas mal de gens qui ne m'apprécient pas...ou qui m'apprécient trop, finit il par murmurer. Mais, être avec une personne compréhensive comme toi change tout! Rajouta t'il plus fort avec un petit sourire entendu qui me fit presque rougir.
En définitive: Il avait peur de tomber soit sur un anti, soit sur une fan et, de savoir que j'étais française, et donc n'avait pour 99% de chance jamais entendu parler de SHINee, me mettait dans ses bonnes grâces. Youhou, j'avais intérêt à garder pour moi ma fanattitude quoi.
Après avoir rangé nos affaires on se quitta sur un dernier sourire. Il allait me manquer pendant le week end tiens...

Tandis que je marchais dans le couloir, rêvassant, Lee Wan me rattrapa en courant:
-Hey, tu vas faire quoi ce week-end ?
-Oh ben je pensais aller faire un tour sur Séoul encore..
-Toute seule?
-Ben je connais pas encore grand monde...tu vas faire quoi toi ?
-ça te dirais qu'on y aille ensemble ? Disons samedi aprém' je te montre les coins sympa et le soir on se rejoint dans un bar avec des amis ça serait cool que tu viennes?
Je lui souris:
-C'est gentil, ça me ferait vraiment plaisir! Même si j'ai intérêt à bien réviser mon coréen si je veux pas faire l'asocial... !
Il me sourit en retour:
-Ah ben voilà, je t'aiderais t'en fais pas!

Nous étions arrivé à l'intersection de nos deux immeubles. On organisa rapidement notre petite sortie de samedi et chacun rentra chez lui.
Le soir, ne sachant pas trop sur quel pied danser, j'évitais de dire à Amy (que j'avais chopée sur Skype rapidement), que j'avais rencontré Minho et le côtoyait régulièrement. Je lui avais parlé évasivement “d'un gentil partenaire de reportage” mais quelque chose m'empêchait de lui en dire plus...peut-être l'impression que si je lui en parlais, tout ce rêve s'effondrerait...après tout tomber comme cela par hasard sur l'une de ses idoles, y'a de quoi confondre rêve et réalité non ? Honteuse, je ne lui racontais donc rien de notre connaissance commune.

Le vendredi passa lentement, l'après-midi fut morne et ennuyeux, je finis par aller me balader et prendre des photos du campus. La neige, toujours présente mais maintenant vieille de quelques jours, avait été déblayée sur le théâtre d'hivers, utilisé comme stade de fortune par des joueurs de football. En me promenant près du vrais stade je remarquais que celui ci était investis par des collégiens et leurs professeurs, c'est sûrement pour ça que les joueurs de football c'était donc réunis au théâtre d'hivers, lieu peu indiqué pour faire du football...
Je retournais observer ces joueurs, puis, le froid devenant trop intense, je rentrais chez moi. J'avais quand même hâte de débuter tous les cours, dans une semaine, histoire de me mélanger aux coréens.

Le samedi matin je dormis comme une marmotte, me réveillais à midi (mmmhhh oui ça fait du bien !) et à 14h je descendis rejoindre Lee Wan, qui m'attendait. Nous prîmes le métro et go to Seoul!
Je fis ma grosse touriste. Lee Wan me suivait, de bonne humeur, il me fit rire avec des trucs bêtes mais cette insouciance me fit le plus grand bien et me détendit. Je commençais à apprécier la vie en Corée, même si l'isolement de la langue était quand même pesant, tout comme être éloigné de mes amis français et de mes petites habitudes.

On se balada principalement dans le quartier Itaewon, véritable quartier touristique, étant donné que seule j'avais déjà visité les palais et autres attractions touristiques principales. Je m'emerveillais devant tous les magasins, les commerçants et objets dont je n'avais pas l'habitude, Lee Wan se moquant gentimment à la moindre occasion. Il m'obligea à demander moi même les prix et autres questions sur les petites babioles que je dénichais, afin d'exercer mon coréen. La plupart des commerçants ne comprenaient rien, je bafouillais et Lee Wan était mort de rire mais finissait toujours par m'aider et me faire répéter la prononciation des mots que j'avais mâché.
L'après-midi passa rapidement. J'appris que mon ami voulait être un grand cinéaste et que son réalisateur préféré était Wong Kar Waï (enfer et damnation après avoir passé mon BAC sur lui, je pouvais plus m'encadrer 2046 ni quoique ce soit se reportant à cet homme breeeef) que je connaissais bien et nous parlâmes donc un peu sur son travail, puis la conversation dériva vers le festival de Cannes (qui a été présidé une année par M. Wong Kar Wai haha. Vous élargissez votre culture générale avec moi hein?) puis sur la France, sur ma vie en France, sur la vie Parisienne..et hop la nostalgie revint au galop. Je parlais de mes quartiers fétiches, de la vie étudiante, de mes amis et Lee Wan m'écoutait d'un air attendris. Finalement on rejoint un bar près du quartier universitaire de Daehangno. On trouva ses amis, dans un coin un peu à l'écart de l'agitation, une musique pop passait sur des écrans plats et je reconnu parfois certains groupes coréens.

Un jeune homme, bonnet enfoncé presque jusqu'au nez et écharpe jusqu'au yeux (oui on voyait pas grand chose quoi) arriva en milieu de soirée, étonnée (une fois le bonnet enlevé il se révélait avoir une tête inoubliable: Minho) mais heureuse de voir une tête connu (oui j'avoue que ma timidité avait finalement pris le dessus après les très attendus “oh France, c'est super” puis plus rien des amis coréens qui étaient tout de même assez limité en anglais, et malgré que Lee Wan tente de m'intégrer à la conversation en jonglant entre coréen et anglais, je me sentais définitivement de trop....). Une autre personne en mode bonnet/écharpe-cache-complétement-mon-visage-bonjour le suivait. Et quelle ne fut pas ma surprise...
Revenir en haut Aller en bas
Hyll
q u ee n » key
q u ee n » key
avatar


MessageSujet: Re: [fiction] Un semestre à Séoul.    Sam 4 Déc - 4:14

    Tu sais ce que j'en pense, mais je te le redis, j'aime beaucoup :D

    Vivement la suite ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [fiction] Un semestre à Séoul.    Lun 6 Déc - 9:17

Merci Hyll :)
Bon ben juste pour toi (vu qu'à priori tu es la seule à lire XD) le chapitre 3 !
____________________________________________________________________

Chapitre 3:

Taemin.
J'empêchais ma bouche de former un “O” disgracieux, mais dans mes pensées tout se bousculait (“OMG IS SOOOOOOOO CUTE *_*” en gros c'était ça.).
Avec un sourire timide pour Taemin et un franc sourire pour moi de Minho, les deux garçons s'assirent à côté de ma propre petite personne qui eut le regard éclairé de milliers d'étoiles (quelqu'un de connu et d'apprécié, ENFIN je suis plus seule au monnnnde), bon en fait j'essayais d'avoir l'air trop classe mais oui, j'étais définitivement heureuse de voir quelqu'un que j'appréciais. D'autant plus que les autres semblèrent les ignorer royalement après un salut bref de la tête et restèrent plongés dans leur conversation.
Minho se tourna vite vers moi:
-Hey, tu vas bien ?
-Super et toi ?
-Super! Je te présente l'un de mes colocataires, les autres sont partis pour le week end et il était tout seul alors j'ai eu pitié...
-Eh! Avoue que tu ne pouvais te passer de ma super personnalité ce soir!
Lança le maknae avec un sourire absolument à craquer.Il bouscula légèrement Minho pour appuyer ses dires mais face à l'impressionnant Charisma...bah c'était juste mignon, il faisait pas un poil peur quoi...!

Je souris, attendrie par la scène et engageait naturellement la conversation avec Taemin, qu'est ce qu'il faisait, son âge, était il encore à l'école, bref, ce que je suppose on demande à toute personne nouvelle que l'on rencontre et dont on est pas censée connaitre la vie de super célébrité adulé par des milliers de filles à travers la planète.
-Je suis au lycée oui, mais je loupe beaucoup les cours à cause de mon travail et c'est pas vraiment ce qui m'intéresse le plus...
-Ah, tu travailles à ton âge? Demandais je, innocemment...
Minho coupa Taemin qui allait me répondre et resta finalement la bouche ouverte:
-Oui enfin tu sais en Corée tous le monde travaille plus ou moins à partir de 14 ans pour des petits boulots tout ça, c'est très commun.
Il lança un regard appuyé, très très appuyé au plus jeune qui le regardait, sans comprendre.
Moi je riais intérieurement mais fit avec un air concentré acquiesçais:
-C'est très courageux, en France on est un peu plus flemmard à par pour les vacances d'été c'est rare de vraiment travailler avant 18 ans...

Le sujet dériva alors sur la France (oui Taemin me regardait avec des yeux brillants en entendant parler de la Tour Eiffel alors je ne pus m'empêcher de repartir sur les histoires de ma petite vie à Paris..) et la soirée passa finalement très rapidement.
Le groupe se leva environ 2h plus tard, proposant de rejoindre un karaoké (j'avais remarqué que c'était une activité très très populaire en Corée) mais ils étaient tous bien éméché et je préférais rentrer. Minho décida de faire de même avec le maknae, ils avaient apparemment du travail le lendemain et je pense qu'ils n'avaient pas spécialement envie de risquer se faire reconnaître.
-On peut te raccompagner? Me demande Minho
-Heu, je ne pense pas que ça soit sur votre route, j'habite sur le campus...
-On est censé venir nous chercher mais ça ne me dérange pas de marcher un peu si tu veux...même si pour le coup la fac est loin!
-Je comptais prendre le métro...
-Ah oui bien sûr...
Il baissa la tête, gêné. Comment expliquer à une fille qui ne sait pas que vous faites parti d'un groupe d'idole plus que très populaire nationalement et que vous n'avez pas forcément le réflexe de prendre le métro étant donné que vous avez la plupart du temps une voiture avec chauffeur..?
Je gardais le silence et me contentais de sourire.
Taemin intervint alors:
-Moi ça me dit de t'accompagner jusqu'à l'université, il n'est pas très tard et j'aime beaucoup prendre le métro! Dit il, le sourire jusqu'aux oreilles (comme habituellement me dira t'on..).
-Tu aimes prendre le métro ?! Demandais-je, éberluée.
-Heu..ben je le prends pas souvent en fait, mais les marchands ambulants, l'ambiance, et faire une balade de nuit pour aller voir l'université de Charisma, oui ça me fait plaisir!
-Alors si ça convient à “Charisma” (je ricanais héhé), allons y! Dis-je, me tournant vers le concerné.
Il acquiesça, gêné par le surnom du plus jeune.
Après des au revoir au groupe, et notamment à Lee Wan, un peu déçu que nous terminions la soirée à ce stade, nous nous dirigeâmes vers la prochaine bouche de métro.
Il faisait froid, moins que ces derniers jours mais assez pour que mon bonnet soit enfoncé jusqu'à mes yeux et mon écharpe remontée aussi à la limite de ces derniers mais cela permettait à mes deux amis de se cacher plus facilement en faisant de même que moi et nous ne fûmes donc pas ennuyée par des passants. En même temps vu le froid chacun était assez pressé d'arriver à sa destination pour ne pas dévisager systématiquement ses voisins.
Je discutais de tout et de rien avec Taemin, Minho participait de temps en temps à la conversation mais je le sentais fatiguée et perdu dans ses pensées, je n'insistais donc pas. Je réalisais qu'en plus des cours la semaine il devait assumer après ces derniers son emplois du temps de superstar plus les devoirs de l'université et le club vidéo. Pas de la tarte, surtout quand même le week end la vie d'idole continuait.

Entrés dans le métro, j'enlevais enfin mon bonnet -ouh chaleur enfin- et étudiais le plan pour rejoindre le plus rapidement possible le campus.
Taemin regardait les échoppes des marchands ambulant avec les yeux grands ouverts, émerveillé. Une telle innocence me fit sourire et je remarquais le sourire en coin de Minho qui devait probablement penser la même chose que moi. M'ayant aperçu en train de le dévisager il s'approcha et tenta de m'aider dans le repérage. Peine perdue, si je n'avais aucun sens de l'orientation lui n'avait pas le sens du métro. Je finis par débusquer la bonne ligne et nous partîmes dans le couloir correspondant, Taemin et moi nous chamaillant un peu de bonne humeur alors que je me plaignais du froid en Corée:
-Il paraît que les Français sont d'inconditionnels râleurs... Me lança t'il, l'air totalement innocent (Taemin quoi..), petit sourire en coin à l'appuie.
Je le poussais légèrement avec mon épaule:
-Il paraît que les Coréens sont d'inconditionnels coincés...
Il me poussa à son tour avec un sourire colgate à faire craquer n'importe qui et j'éclatais de rire.
-Il paraît que vous mangez des grenouilles!
-Oh my god pas moi non! Il paraît que vous mangez du chien!
Il eut un temps d'arrêt, comme se demandant s'il devait se vexer ou non, il décida finalement que non puisqu'un immense sourire précéda un:
-Oh my god pas moi non! Ils sont trop mignons pour qu'on les mange! Il paraît que...
Il ne put pas finir, le métro était là.

Une fois dans la rame, coup de pompe, chacun fut silencieux sur son siège, dans ses pensées. Personnellement j'étais crevée, après avoir passé la journée à marcher puis la soirée à discuter, mes neurones avaient du mal. Nous arrivâmes enfin à l'université et une fois à la porte de mon immeuble (oui ils avaient insisté pour venir jusque là), je les remerciais en m'inclinant profondément (oui même si le taux de criminalité est réduit en Corée, j'étais quand même plus rassurée avec ces deux gardes du corps) et leur souhaitais un bon retour. Il était prévu qu'on se voit avec Minho le lendemain pour la partie tournage de notre projet. Taemin agita la main pendant un moment, avec un grand sourire tout en s'éloignant à côté de son aîné. Je lui répondis avec ma propre main, souriant aussi mais rentrait rapidement dans le hall, le froid s'insinuant à nouveau dans mes membres à l'arrêt.

Le lendemain j'allais en cours, retrouvais Maia, la mexicaine, qui m'accueillit avec un grand sourire. Bon, j'ai peut-être une amie dans ce cours au final.
Je commençais à assimiler les bases du coréen, je connaissais maintenant l'équivalence des lettres par cœur ce qui me permettait de lire à peu près tout, bien que niveau compréhension j'étais encore très très loin d'être bilingue je connaissais maintenant toutes les expressions de bases.

Le soir je retrouvais Minho (à l'heure cette fois) au club cinéma, il avait déjà installé tout le matériel vidéo nécessaire et après une rapide mise au point, nous nous mîmes au travail, lui en journaliste et moi en interviewé. Au cours d'une pause où il m'expliquait la prononciation d'un mot que je devais dire, Lee Wan posa son sac non loin de nous et après un tonitruant bonjours nous regarda, l'air perplexe et lâcha tout naturellement:
-ça me fait bizarre de voir Minho dans le rôle du journaliste.
Le concerné baissa aussitôt la tête sur sa feuille, l'air concentré mais manifestement gêné et je détendis l'atmosphère en lâchant:
-En même temps je veux bien l'interviewer mais je suis pas sûre que les téléspectateurs croient une seule seconde qu'il est la nouvelle élève française vivant à Paris...
Lee Wan éclata de rire et partis à ses activités.
Je souriais et nous nous recentrâmes sur notre travail.

Malgré mes difficultés Minho se montrait patient, compréhensif et bon pédagogue et à 18h bien que n'ayant pas fini, nous avions bien avancé. Je le remerciais en lui souriant chaleureusement et il rougit tout en souriant discrètement.

Je rentrais chez moi et passait un petit bout de la soirée à discuter avec quelques amis français connectés. Je regardais aussi un peu les sites de news SHINee pour me tenir au courant. Chaque fois que je voyais une photo de Minho ça me faisait maintenant très bizarre. J'espérais avoir l'occasion un jour de le voir sur scène, sa personnalité changeant du tout au tout par rapport à ce que je connaissais de lui.

Le lendemain rebelote, cours de coréen et fin du tournage avec Minho.
Le reste de la semaine fut vraisemblablement le même, bien que ce soit ensuite le montage de la vidéo de notre projet franco-coréen. Le vendredi nous décidâmes d'une suite, la vidéo ayant été diffusée le vendredi midi ayant eu son petit succès.

Le week end arriva et je le passais tranquillement (pour ne pas dire en tant que loque humaine) à réviser mes cours de coréens, surfer sur internet et à me préparer psychologiquement aux nouveaux cours que j'aurais à aborder la semaine suivante (cherchez l'ordre de préférence, il est assez facile à deviner).

Le lendemain j'abordais ma première journée de cours “normaux”. Au programme: coréen de 8h à 10h puis marketing de 11h à 12h, sociologie de 14h à 15h et économie de 15h à 16h et enfin: club cinéma! L'emploi du temps étant le même tous les jours, ça risque d'être joyeux...qui a dit que passer un semestre à l'étranger était reposant ?

La semaine fut dure et éprouvante, trop de coréen tue le coréen et suivre les cours quand on est pas parfaitement bilingue et même avec l'aide de deux ou trois élèves c'est toujours difficile. Heureusement en cours d'économie je retrouvais Minho qui suivait également ce cours. Grâce à lui c'était le cours où j'arrivais le plus à suivre, il avait proposé de m'aider pour les autres cours mais je me doutais qu'il n'aurait pas le temps. Je ne discutais pas vraiment avec les autres étudiants, le fait de rester avec Minho faisait de moi quelqu'un d'apparemment mis à l'écart, de plus j'étais étrangère et d'après Lee Wan le reportage avait fait de moi quelqu'un d'intimidant et de sûre d'elle. J'avais eu envie de lui rire au nez en criant “LOL” mais d'une il n'aurait pas compris et de deux, il était vraiment sérieux. Bon, passons, si j'ai l'image de quelqu'un de hautain, ça veut dire cool non ? D'autant que quand je m'ennuyais je pouvais toujours compter sur Lee Wan pour me sortir ou pour passer du temps à discuter ou alors sur Minho (plus rarement dû à son emplois du temps) et sur nos projets vidéos.

Les semaines passaient et ces derniers jours il arrivait de plus en plus fatigué et je l'avais vu une ou deux fois piquer du nez sur ses cours, je le réveillais à chaque fois avant que le prof ne le remarque mais ça m'inquiétait. Il me souriait distraitement, se voulant rassurant sans grande conviction et éludait le sujet.
Les week end il m'était arrivé encore deux fois de sortir avec Lee Wan et ses amis mais le karaoké (surtout les chansons coréennes et les gens alcoolisé en fait) ne me tentait guère bien que j'aime chanter, j'avais donc passé mes autres week end à flemmarder et réviser mes cours.)

Au club cinéma nous en étions à l'élaboration de notre cinquième reportage qui suivait la ligne des autres, nous avions proposé aux étudiants via la dernière vidéo de pauser eux-même leurs questions ce qui avait été plutôt concluant, montrant l'intérêt de ces derniers pour l'Europe (oui nous avions élargis aux pays d'Europe que j'avais déjà visité pour continuer à intéresser tout le monde). Cependant, après généralement une heure de club, Minho devait systématiquement partir travailler, il y allait toujours sans râler mais je sentais qu'il n'allait pas tarder à avoir besoin de vacances. Les cernes sous ses yeux s'accentuèrent la semaine suivante. En pleine promotion de leur nouveau single il avait donné son accord pour jouer dans un nouveau drama après son succès l'année passée dans “Le pianiste”. Bien sûr tout ça ce n'était pas lui qui me le disait, je le lisais sur les sites de fans mais sachant qu'en plus les examens de mi-semestre était pour la semaine suivante, je me demandais vraiment comment il allait tenir, lui qui ne se plaignait jamais et accomplissait chaque tâche consciencieusement.

Le lundi de ma sixième semaine (qui nous amenait début avril) j'eu la surprise de tomber sur Minho à la sortie de mon cours de marketing à 12h:

-Hey, Taemin vient à l'université avec un autre de mes colocataires, ça te dis de venir manger avec nous ? Tu ne reprends qu'à 14h non ?
-Oui volontiers!
Je lui souris, heureuse de revoir le plus jeune des SHINee et ce fameux nouveau “colocataire” qui était au choix l'un des trois restants...

Afin de préserver mon anonymat de fan et le fait que sois disant je ne les connaissais pas j'avais préféré n'aller à aucune des performances des garçons, d'autant plus qu'elles étaient le plus souvent à la télé et que je savais que Amy me tuerait si j'allais à l'un de ces évènements sans elle.

Je suivis Minho avec un sourire et nous nous retrouvâmes dans les allées de l'université pour nous retrouver devant un snack. Le temps c'était radoucit et le beau temps de la journée allait nous permettre de manger dehors. En arrivant il me désigna deux personnes encapuchonnées sous un gros sweet chacun et méconnaissables si on ne savait pas qu'il s'agissait des colocataires de Minho et par conséquent d'idoles connues internationalement.
Ils étaient déjà en train de manger et Minho me fit signe que nous allions d'abord acheter quelque chose pour nous avant de les rejoindre.
Mon cœur commençait déjà à battre très très fort, rencontrer encore une de ses idoles surtout en ayant le temps de stresser et de se poser des tas de questions pour cette fois contrairement aux fois précédentes, c'était paniquant. Surtout que je savais pertinemment la personne que j'aurais aimé découvrir sous cette capuche à côté de Taemin... mon préféré dans le groupe avait toujours été Jonghyun, aussi simple que ça et me dire que peut-être c'était lui sous ce sweet informe...et bien j'en lâchais misérablement ma barquette de plat en sauce coréen qui tomba par terre en éclaboussant généreusement mes chaussures.
Rouge tellement tomate que je sentais mes oreilles brûler, je ramassais la barquette et allais la jeter plus loin pendant que Minho m'en recommandait une, essayant de cacher son hilarité.
Gênée comme pas permis, nous récupérâmes nos repas et il me demanda:
-ça va? Pas trop mouillées tes chaussures?
Je le poussais doucement de l'épaule:
-Arrête de te moquer, tu pourrais compatir, elles sont sûrement fichues...
-C'est surtout te voir rouge qui me fait rire en fait...
Sur ce je devînt un peu plus rouge (si c'est possible) et il partit dans un grand rire avant de se calmer et d'ajouter le plus sérieusement du monde:
-T'es mignonne comme ça.
Ce qui n'arrangea pas la couleur de mes joues.

Ça avait au moins le mérite de m'avoir changé partiellement les idées et, la réflexion de Minho en tête, nous nous approchâmes tranquillement de la table visée. Ayant Taemin devant moi, je lui fis un grand sourire auquel il répondit, ses lèvres s'étirant dans un sourire enfantin jusqu'à ses oreilles. TROP mignon!
-Max! Je suis super heureux de te revoir! Comment tu vas?
Minho ne me laisse pas le temps de répliquer et répondit à ma place:
-Oh elle ne s'est pas encore tuée en tombant ou en glissant dans ce qu'elle a fait tombé précédemment ce qui est plutôt un miracle..
Ils se mirent à rire et je me sentie juste très bête et toujours aussi rouge, m'asseyant et regardant mon repas avec un air désespéré. Ou comment se mettre royalement la honte devant 3 de ses idoles par Max-la-poissarde-et-maladroite youhou!

-Vous pourriez me présenter au lieu de vous moquez de moi, ça changerait de d'habitude! Lançais-je entre mes dents, faussement mécontente.
-Oh oui pardon! S'exclama Minho. Je te présente donc...

Je me tournais alors vers le nouveau venu, tentant de réfréner les battements de mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [fiction] Un semestre à Séoul.    

Revenir en haut Aller en bas
 

[fiction] Un semestre à Séoul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [fan fiction] depuis se jour ou tout a changer ...
» Fin de semestre !
» fiction economique
» [CD] DARK TRANQUILLITY - Fiction (2007)
» Nouvelle fiction
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hyll ::  :: FLOOD &co :: ‹ FAN FICTIONS ›-
Sauter vers: